Paysages

Face à la nature, à l’affirmation de l’immensité, à la brutale transition chromatique des soleils couchants, à la force des éléments, la peinture saisit la légèreté de l’onde de l’air qui nous enveloppe dans ces subtils instants.

Les nuages qui passent en se transformant, cette eau immense, changeante, sous le ciel infini, le résultat d’une brise, du vent, la présence obstinée de ces nuages de terre, ces îles ancrées, la lumière réfléchie, l’horizon, les perspectives vertigineuses, l’échelle sans mesure, l’impression de la dérive des continents à mesure que le déplacement du soleil axe la rotation du globe, ce qui est planétaire et cosmique, constituent les repères d’une gigantesque plaque tournante du vide. Vide rempli d’air, et ce besoin de le rendre visible, de tailler dedans.

Cette nature montrée est celle qui peu à peu nous échappe. Incarnation d’un paradis perdu elle est une beauté où tout devient possible à tout moment. Ces images sont sans nostalgie, pleines de vide, espaces de néant et d’absolu.

Une nouvelle légèreté se répand, la légèreté de l’existence en soi, une joie sereine, une complétude absolue. Un dialogue s’instaure, entre le peintre – le sujet – le spectateur, c’est celui de l’émerveillement par les images perçues de manière intuitive.

136 - Landscape 135 - Landscape 134 - Landscape 133 - Landscape 128 - Lanscape Bahia 125 - Landscape - Miami Beach 130 - Rio de la Plata 129 - Bahia de todos los santos 127 - Rio de la Plata 126 - Rio de la Plata 2 107- Polyptyque 93 - Landscape 106 - Landscape 95 - Landscape 105- Landscape

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

- Voir aussi  :  Paysages urbains , Autres , Pulsions et passage à l’acte

© Adrián Doura 2018 | |  Réalisation Indétendance | Logiciel SPIP