Journées du Patrimoine à l’Église Saint Germain l’Auxerrois de Pantin

Exposition d’œuvres contemporaines d’Art Sacré

15 septembre 2012 - 16 septembre 2012

Artistes invités :

Adrian DOURA et son œuvre monumentale TRAVERSER
Jérôme GALLET
Évelyne DAVID-VALETTE
Luc Régis GILBERT

Polyptyque "Traverser"
Finitude et infinitude

Ce polyptyque exprime une vison grandiose de l’espace dans la peinture d’Adrian Doura.

A l’extrémité droite du tableau, un corps pâle évoque une pose de déposition de la croix. A l’extrémité gauche, un ensemble de baigneurs jouit de la mer et du soleil.

Entre ces deux points de terre ferme, l’eau est nimbée de lumière. Elle dessine l’incommensurable étendu. Ce pan central du tableau semble offrir au regard une parenthèse paisible, contemplative et saisit une certaine durée de la vie.

La modulation de la couleur renforce la dramaturgie et la lecture allégorique de l’ensemble : Le bleu clair froid en lumière diffuse, inondant les vacanciers, contraste avec les tons chauds du crépuscule, qui signe le déclin de l’existence.

Le tableau ainsi construit parait signifier que l’homme se situe toujours en "face-à-face" avec la mort. Les personnages de tous âges se voient rappelés à leur fin.

Dans l’esprit des Vanités où vie et mort se rejoignent, Adrian Doura recompose ici à sa guise un ensemble de références picturales, imaginant un "Baroque contemporain".

Cette œuvre magistrale donne à voir la représentation de la finitude humaine et la possibilité-même d’un dépassement de l’angoisse de la mort, par l’expérience cathartique. Le spectateur peut se libérer d’émotions désagréables en les vivant symboliquement à travers l’image.
Le polyptyque intègre également la notion du "sentiment océanique" que Romain Rolland présente à S. Freud comme une sorte de joie intense dépassant l’entendement, où le moi se fond dans l’infini et d’où nait une sensation d’éternité.
 
En paradoxe avec la pose christique du mourant, le polyptyque esquisse la possibilité d’une spiritualité laïque, capable de conjurer la finitude.
Sur la toile, les immensités de l’eau et du ciel semblent fusionner dans un temps suspendu. Les frontières s’effacent, le regard se dissout dans la totalité du monde.

Florence MOTTOT

Polyptyque "Traverser" Polyptyque "Traverser" Polyptyque "Traverser" Polyptyque "Traverser"
© Adrián Doura 2017 | |  Réalisation Indétendance | Logiciel SPIP